Un bout de maison

Un bout de Maison

court-métrage

scénario Florence Valéro

réalisation  Maud Watel Kazak

Capture d'écran 2014-07-13 11.05.54 (3)

résumé

Julie, cadre et jeune mère de famille, aide sa sœur Lucie, un peu plus jeune qu’elle et complètement désorientée, à emménager dans un appartement qu’elle sous-loue. Jusque-là tout va bien. Mais il reste à monter cinq étages avant d’arriver à la chambre de bonne qu’occupera la cadette. Cinq étages où les animosités et les règlements de compte menacent d’éclater…

tournage dans le 10ème arrondissement de Paris, Canon 5D et steadicam

sun-in-an-empty-room

équipe

réalisatrice  Maud Watel Kazak

scénariste  Florence Valéro

avec  Gaëlle Ménard, Florence Valéro,

Murielle Hirsch, Yassine Bouchema, Iris, Georgia, Julien Bullat

assistant réalisation  Valentin Bertomeu

directrice photo, chef opérateur  Prisca Bourgoin

cadreuse steadicam  Camille Chaine

assistant cadre Emmanuel Gond

opérateur son, ingénieur son  Elliot Aschard

perchman  Benjamin Goichon

machiniste  Josselin Cornillon

chef électro  Paul Thomas

scripte  Anais Straumann Levy

régie  Abel Llavall Ubach

maquilleuse  Sandy Sunie

cuisinière Salma Tahaibaly

musiciens Vincent Vuong, Elliot Ashard

monteur  Guillaume Mivekannin

imagesFF2B3FGX

 

NOTE D’INTENTION

«Bien sûr, dans le vestibule, j’y voyais que dalle et je pouvais pas allumer. Il fallait que je prenne des précautions pour pas me cogner et faire du barouf. Mais en tout cas je pouvais dire sans hésiter que j’étais à la maison. On sent tout de suite une drôle d’odeur qu’on trouve nulle part ailleurs. Je sais pas ce que c’est. C’est pas du chou-fleur, c’est pas du parfum. Difficile de préciser, mais on peut tout de suite dire que l’on est à la maison. J’ai voulu ôter mon manteau pour le mettre dans la penderie mais finalement je l’ai gardé parce que la penderie est pleine de cintres qui font un vrai tintamarre quand on ouvre la porte.» L’attrape-coeurs, J-D Salinger

La maison est sans doute le motif que j’interroge le plus dans mon écriture. Parce qu’elle structure une histoire, une famille, une place bien à soi. Parce qu’elle est aussi ce qui est le plus dur à sauvegarder. Utopie d’un lieu qui se déconstruit en permanence. Il suffit que des parents divorcent, qu’un deuil redistribue un héritage, que des enfants s’exilent ou qu’un quelconque évènement bouscule l’habitant hors de chez lui pour que «la maison brûle». En terme d’espaces et de drames, ce motif sied particulièrement au cinéma, art par excellence de l’espace et du drame.

Partant d’une expérience vécue, j’ai construit ce scénario selon ce dispositif : deux soeurs, complètement différentes, en train de se disputer sur cinq étages pendant un déménagement, de redistribuer entre elles un rapport rendu problématique à cause… d’une maison perdue.

Julie, cadre et jeune maman, est bien installée dans la vie. Peut-être trop, aussi craint-elle de perdre excessivement tout ce qu’elle a acquis. Lucie, artiste dans l’âme qui «se laisse vivre», est plus paumée qu’autre chose, accumulant les sous-locations sans travailler. Julie se retrouve pour une fois à aider Lucie dans l’un de ses innombrables déménagements. Une montée des étages qui ne manque pas de piquant entre deux conceptions de vie différentes et qui, petit à petit, s’ouvre à autre chose, aux souvenirs, à une maison lointaine, à leur père qui les a abandonné, aux dédales de déménagements qu’elles ont du subir ensuite avec leur mère.

Une montée pour recadrer les relations et faire connaissance avec quelques voisins… L’espace choisi est le suivant : une cage d’escalier parisienne, comme j’en ai l’habitude de côtoyer, menant à une chambre de bonne, le futur habitat de Lucie. Huit clos de l’entredeux, intérieur/extérieur d’un bout de maison situé tout en haut, que l’on peine à atteindre en portant des sacs remplis d’affaires en transit ; l’épreuve que Julie et Lucie auront à braver pour redevenir des soeurs complices, retrouver, même timide et approximatif, le lien de leur enfance.

Florence VALERO

Capture d'écran 2014-07-13 12.01.08 (2)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s